jeudi 23 août 2018

Mont Pélion - Belle découverte d'une Grèce inconnue

De retour sur le continent grec, nous passons quelques jours à Volos.  Son port est immense, dont une partie sans service, assez bien protégé et gratuit nous accommodera durant notre séjour.  Volos (100 000hab.) est une ville ordinaire, non touristique - enfin on se retrouve parmi les Grecs.

Ici, nous ne risquons pas la location d’auto/moto, il faut pas pousser “sa luck” comme on dit.  Pour ces raisons, on devra se satisfaire du versant ouest de la péninsule, soit le côté du golfe Pagaséthique. Le plus haut des sommets de la péninsule est de 1 624m.  On y ski l’hiver.  On dit qu’après une journée de ski, les skieurs descendent pour une baignade à la mer…..car oui il semble qu’à l’hiver les gens s’y baignent.  Brrr on est tout de même dans le nord…… 

Alors nous voilà donc en villages de montagnes.  On en a fait quelques uns mais je me limite principalement au plus beau, Makrinitsa, qu’on surnomme “le balcon du Pélion.  

Pour débuter, je vous parle du côté mythique de Volos qui serait l'antique Iolcos, soit la ville natale de Jason et des Argonautes, d'où ils seraient partis avec des héros combattants à la recherche de la Toison d'or, dans la mer Noire.  L'histoire qualifie ce périple, de début de la marine marchande.  

L'Argo, le premier navire à rame de l'Antiquité, qui a servit Jason et les Argonautes.
La municipalité de Volos l'a reconstruit et L'Argo est devenu l'icône de la ville. 

Volos est une ville universitaire, édifice jaune de droite.  Y'a pire endroit comme site universitaire.

Makrinitsa 
(600m. au dessus de Volos)

Balcon du Pélion, elle porte bien son nom

L'église sur la grande place centrale du village

Pas d'auto, que des sentiers empierrés et des maisons qui ont conservé l'architecture de l'époque Ottoman.
Un point de vue sur Volos à partir du balcon du Pélion.

Nous redescendons de Makrinitsa sur Volos, par des sentiers de muletiers, et voyez ce qu'on y trouve.

Le train du Pélion, était à l'origine (1895), le seul moyen de transport reliant les villages le long de la côte du golfe. Il disparaîtra au début des années 70, pour reprendre du service en 1997 au grand plaisir des touristes.  Un engin diesel a toutefois remplacé la locomotive à vapeur.  



Sur une montée d'une dizaine de kilomètres, on a qu'à rêvasser en admirant la beauté du paysage qui défile sous nos yeux.

Terminus, la station de Milies nous ramène à la réalité.





C'est vraiment un beau coin de la Grèce que nous n'avons pu explorer à notre satisfaction.  Un autre coin où il faudra revenir un jour.

Nous quittons Volos enchantés et mettons le cap sur le canal de l'Eubée ou nous déchantons rapidement.  Les côtes de l'Attique sont assez austères, c'est industriel (il en faut bien), il y a des fermes d'élevage de poissons.  La côte de l'Eubée est plus sympathique mais nous naviguons parmi les méduses trois jours sur quatre.  

Tout de même belle cette méduse, qu'on surnomme oeuf-au-plat.
Allez googler c'est intéressant.
À mi-route du canal de l'Eubée, Khalkis, ville mythique (Chalkis dans l'Iliade) est une étape à cocher.  Un phénomène naturel, soit la renverse de courant, occasionné par le vent et la marée, se produit plusieurs fois par jour.  Le débit d'eau se déversant du nord/sud et/ou du sud/nord, occasionne un très fort courant à ce point stratégique.  Il faut donc y passer à l'étale.  

Afin de ne pas ralentir la circulation, le pont n'ouvre que la nuit, généralement à l'étale entre 23:00hrs et 3:00hrs.  À l'arrivée, chaque bateau doit s'enregistrer avec les autorités portuaires et est appelé à l'heure prévue de la traversée.  Nous sommes traversés à 23:30 le 14 août.  Même à cette heure tardive, les Grecs dans les cafés et sur la promenade nous saluaient. C'était vraiment sympathique.



Depuis ce moment historique pour nous, nous avons vécu notre premier meltem de la saison, quatre jours de grand vent.  Heureusement, nous étions à la marina Olympic, à la sortie du canal de l'Eubée, où nous rencontrions des techniciens pour faire changer le moteur du guideau.  Et oui, on en avait acheté un tout neuf en Croatie, il y a trois ans, éprouvé des problèmes l'année suivante et encore cette année lorsque nous avons quitté les Sporades.  Selon les techniciens, ce n'était pas un bon design.....  et on ne niaise pas avec la sécurité du bateau n'est-ce-pas?  On a un moteur tout neuf, qui je l'espère ne se changera pas en citron. 


Nous sommes maintenant dans les Cyclades.  Puisque nous sommes déjà passé par ici en 2016, je vous épargne une relecture sur ces îles mais je reviens vous donner des nouvelles à la fin de la saison.  

lundi 13 août 2018

Skopelos et Skiathos

Skopelos, une autre île paradisiaque où la montagne verdoyante surplombant la mer Egée, vous donne une surdose des verts, des bleus et des eaux translucides.  

En tant que navigateurs, cette troisième île des Sporades nous a comblé.  Il faut dire que 25 noeuds est le maximum qu’Éole a poussé sa note durant notre séjour de plus d’un mois dans ce coin de pays.  Cette région pourrait se comparer aux îles Vierges britanniques, dont le souvenir conservé est un terrain de jeu facile à naviguer pour les voileux.  Ce fut en tout cas notre expérience dans toutes les Sporades.  On en conclu, que Skopelos, comme Alonissos et Skiros, n’attire pas le tourisme de masse et elle aussi a gardé le charme de la vie insulaire. 

Skiathos, notre dernier arrêt dans ce groupe d'îles, est une copie conforme de ses voisines.  Sauf que, elle subit l’achalandage touristique.  Certains guides touristiques, la qualifie de Mykonos du nord.  Pour ces raisons nous pensions qu’y passer.  Finalement nous avons collé cinq jours et aurions prolongé davantage, si nous n’avions pas un rendez-vous technique le 20 août à Lavrio.  Mykonos est jet set, bling bling et dénaturée.  Pour le moment Skiathos est bien loin de ça et c’est à souhaiter qu’elle saura conserver son charme et sa beauté.  

Skopelos
Le petit port de Skopelos.
Dans les rues de Skopelos
Le capitaine attend son rendez vous.
Glossa, autre localité importante à l'autre bout de l'île, accrochée à flan de colline elle aussi.

Un des nombreux sites du tournage de MamaMia1, tourné en 2008.  
Plage de Kastani, autre site de tournage de MamaMia1
En passant, l'île (supposément) grecque de Mamamia2 sorti cet été fut tourné en Croatie, sur l'île de Vis.

Randonnée de 17 kil. dans la montagne
Les randonnées doivent se faire en début ou fin de journée, tellement c'est chaud. De retour au couché du soleil.  Quel bel effet visuel.
Ici, loin de l'effet visuel mais la réalité d'un feu de forêt qui fumait encore lors de notre passage.  De moindre importance on en entend pas parlé, mais on en a vu partout sur toutes les îles. 

Skiathos

Mouillage à Skiathos-Hora


Visite du monastère Evangelistrias, endroit de quiétude.
Beaucoup de produits du terroir dans les Sporades, cerises, prunes, figues, figues, vin etc...  et les moines en tirent aussi profit.
Les plages de Grèce sont souvent fait de cailloux, Koukounnaries y fait exception. Que du sable blond.  Un très beau site qui attire également panoplies de gadgets à moteur sur lesquels les vacanciers aiment bien se défouler ou...se dé-stresser.  
Heureusement, on a pu en profiter paisiblement entre 20:00 et 10:00 le matin.....  

dimanche 5 août 2018

Alonissos

La belle Alonissos. Recouverte de pins, ponctuée de petites baies aux eaux transparentes, sa vieille chora, son petit port et ses îles voisines à explorer. Pas de touristes de masse, de petits hébergements, des maisons de vacances, beaucoup de résidences secondaires.  Une authenticité et un cachet inégalés.  Que du beau pour les yeux.  À votre tour de contempler.  











 

mercredi 25 juillet 2018

Les Sporades - Skiros

Une superbe traversée, début juillet, entre Lesbos et Skiros dans les Sporades.  Un vent de travers, une mer plate et Méridien filant à 7 noeuds. Que du bonheur!  

Nous nous arrêtons presqu’une semaine sur l’île de Skiros.  Bien qu'elle soit la plus grande des Sporades, elle ne compte pas 3 000 habitants, tous à Skyros-Chora et à Linaria, le petit port.  

Skiros fait bande à part, éloignée de ses voisines, Alonnisos, Skiathos et Skopelos, on lui trouve une allure champêtre qui nous plaît bien.  L'île a deux âmes.  Le sud aride, avec ses montagnes désertes est en bonne partie zone militarisée où seules, de petites baies aux eaux translucides et pistes de randonnées attirent quelques curieux.  Le nord, est animé, la montagne est verdoyante, les pinèdes rafraichissantes, quelques fermes ici et là et des plages qui attirent un peu plus de touristes. 

Pas de transport en commun sur l'île.  Une virée en moto (et oui, ici on nous a dit pas de soucis à louer une moto ou une auto - on s’est dit que chaque île est un petit royaume autocratique…..) et nous partons à la découverte de l’île.  

Le nord verdoyant
Une plaine relie le sud et le nord de l'île.  Noter l'aridité de la partie sud tout au fond
Skiros-chora accrochée à flan de colline nous offre un beau point de vue.
Le petit port de Linaria où nous avons passé quelques jours.

Connaissez-vous le cheval de Skiros 

Le cheval de Skyros est une des rares et plus anciennes races de chevaux au monde.  Dans l’Antiquité il aurait accompagné Achille  à Troie, ainsi qu’Alexandre le Grand durant ses conquêtes.  On le retrouve sur les frises du Parthénon.  De petite taille, il ressemble à un poney.  Au siècle dernier il vivait libre à la  montagne l’hiver et l’été les habitants l’utilisait pour les travaux agricoles.  La motorisation l’a remplacé et le cheval mis au rancart.  En voie d’extinction, on tente tant bien que mal de sauvegarder la race.  En 2015, l’effectif répertorié était d’environ 300 bêtes, mais l’île en compte beaucoup moins.
Pour ceux qui s’y connaissent, il fait environ 1.08 m., 120-130kg, de couleur bai, alezan, gris, isabelle et a toujours les pieds noirs.  Il est fiable, tranquille, frugal et résistant.

Un nouveau né de 5 semaines



On nous a expliqué que le blanc est une mutation génétique et n'est pas utilisé pour fin de  reproduction