dimanche 2 juillet 2017

Le Cappadoce

En route vers le Cappadoce c’est la découverte d’immenses plaines.  Dans un paysage nous rappelant l’ouest canadien, nous faisons un arrêt à Konya.  Cette ville n’a rien à voir avec les villes touristiques de la côte Égéenne.  Une ville de plus d’un million d’habitants - l'ancien et le moderne se côtoient, des kilomètres de rosiers en fleur, des universités, des mosquées, de nombreuses industries toutes catégories confondues, un train de surface etc.…   Une ville moderne, bien que traditionnelle, religieuse et conservatrice qui nous semble fort invitante, en dépit de ses beaux cafés déserts - ramadan oblige.  

Une visite au principal site touristique de Konya s’impose - le mausolée et le musée de Djalâl ad-Din Rûmi, surnommé Mevlâna, père de la pensée soufisme, l’école spirituelle de l’Islam, et fondateur de l'ordre des derviches tourneurs, enfin c’est ce que j’en comprends. Durant la période médiévale, cette école de l’Islam a existé un peu plus de 200 ans, et fut finalement anéantie et interdite.  Toutefois, la philosophie y a survécut et les derviches tourneurs (pour ceux qui ont vu ma vidéo sur FBK) demeurent un attrait touristique à Istanbul, Konya et au Cappadoce. 


À gauche le Mausolée de Mevlâna et à droite la grande Mosquée de Konya
Contrairement au Maroc, en Turquie le touriste étranger est bienvenue lorsqu'il n'y a pas la prière. Vraiment très beau et d'une grande sobriété. 
Tourne, tourne le derviche tourneur, il s'agit pour eux d'une méditation profonde.  Mais y'a de quoi donner la nausée.  Désolée de la piètre qualité de la photo.

Sultanhani, notre premier caravansérail turc.  Suffisamment rénové pour nous permettre de fabuler sur la période de la route de la soie.  Et oui elle passait ici.  Celui-çi date de 1229.



Au centre de la cours intérieure, une mosquée.  De chaque côté de cette partie à ciel ouvert, les quartiers utilisés durant l'été.  Tout à l'arrière une section identique mais couverte utilisée durant la saison froide.
Enfin le Cappadoce! Une région volcanique datant de dix millions d’années.  L’érosion, du vent et de l’eau en ont fait ce qu’il est aujourd’hui.  Des vallées lunaires, entourées de verdure, où des parois rocheuses, des collines, des rochers, dissimulent des habitations et églises troglodytes, des villes souterraines etc.  Depuis des millénaires, les royaumes s'y sont succédés.  Selon l'époque, les habitations bien dissimulées et les villes souteraines permirent aux diverses populations pourchassées d’y trouver refuge.  Entre autres, du IV au XI siècles, les chrétiens s’y réfugièrent et c’est ici semble-t-il que le christianisme prit racine. 

Durant une certaine période, cette région fut oubliée et en 1907 un prêtre redécouvrit les églises troglodytiques.  C’est seulement depuis les années 1980 que l’essor touristique du Cappadoce a pris son envol.  Un site magnifique pour les randonneurs, les rêveurs et malheureusement les VTT qui y brisent la quiétude.

Le phénomène naturel est vraiment à couper le souffle. 

Göreme, un des nombreux villages où séjourner.  Tant bien que mal on tente d'intégrer les nouvelles constructions au paysage naturel. 

Le Cappadoce est aussi une région agricole.  On y retrouve de nombreux villages.  Ici à Ürgüp, les habitations troglodytes sont en grande partie abandonnées.  Voyez les grottes sur le haut de la paroi rocheuses.  

Pour le plaisir des yeux, durant nos nombreuses randonnées pédestres.













Un bureau de la gendarmerie.



Les fameuses cheminées de fées
Je vous disais qu'il y avait des églises.  En voici un exemple, cette entrée nous conduit....

...à l'intérieur d'une immense cathédrale.  Très impressionnant.

Quelques peintures, principalement sur l'histoire que nous connaissons du Christ ont résisté aux intempéries.


Le Cappadoce regorge d'un réseau de villes souterraines, où les populations se réfugiaient durant des mois afin d'éviter les persécutions.  Nous avons visité Derinkuyu qui a abrité 10 000 personnes, sans compter les animaux.  Elle compte l'équivalent de huit étages en profondeur.   Pourvue de tuyaux d'aération, chambres, cuisines, étables, églises, entrepôts, on y faisait même du vin.  Imaginez ce qu'à dû être le quotidien dans ces refuges.  Trente-sept cités souterraines ont été mises à jour et on ignore combien d'autres restent à découvrir.


Les portes rondes se fermaient de l'intérieur et bloquaient l'accès à l'ennemis.
Par une matinée idéale, nous ne pouvons résister à un tour de montgolfière.  Vraiment un matin idéal pour s'envoler.  Un matin magique!





Vallée d'Ihlara



Située au sud du Cappadoce, cette vallée vaut le détour pour le randonneur du sentier aménagé.   Un mini-canyon où la rivière coule tout au fond et où on ne peut résister aux délicieuses crêpes aux épinards/fromage et thé fait sur place.


1 commentaire:

  1. Très belles photos ! Le paysage y est pour quelque chose ! Bises !

    RépondreSupprimer